Focus sur les examens du sommeil

Focus sur les examens du sommeil

Les troubles du sommeil touchent un quart de la population et les estimations indiquent que 8% des individus consomment régulièrement des médicaments dans le but d’améliorer la qualité de leur sommeil. Malheureusement, certaines pathologies restent méconnues et beaucoup de patients ne sont ni diagnostiqués ni traités. Pourtant, dans le cas où un patient consulte suite à une plainte au sujet de son sommeil, les examens du sommeil se révèlent être une solution fiable et efficace pour déceler les troubles et mettre en place une solution adaptée.

Quand consulter pour un trouble du sommeil ?

Les troubles du sommeil sont considérés comme des maladies à part entière. Ils se manifestent de diverses manières. Aussi, il convient d’être vigilant dès lors que les conditions d’un sommeil “normal” ne sont plus respectées à savoir :

  • Le patient s’endort facilement si il reste 15 à 20 minutes dans l’obscurité
  • La durée du sommeil est comprise entre 7 et 9 heures (pour un adulte)
  • Le sommeil a lieu entre 23 h et 7 h
  • Aucun réveil nocturne ne perturbe la nuit (dans le cas contraire, cela ne doit pas empêcher le sujet de se rendormir dans les 10 minutes qui suivent).

Même si les besoins sont propres à chaque individu, la fatigue doit représenter le premier signal d’alerte. Par la suite d’autres signes peuvent être évocateurs de l’apparition d’un trouble du sommeil comme la réduction des capacités intellectuelles, l’irritabilité excessive, le manque de perception, la lenteur de réaction ou encore une sensation permanente de malaise. Dans le cas de l’apparition simultanée de plusieurs symptômes, il est préférable de se rendre en consultation spécialisée afin de diagnostiquer et prendre en charge le trouble le plus tôt possible.

Les examens spécifiques pour diagnostiquer les troubles du sommeil

Il existe plusieurs examens permettant de déceler les troubles du sommeil. Ceux-ci sont toujours réalisés par des professionnels du sommeil :

  • L’Agenda du sommeil

Il s’agit souvent de la première étape dans le diagnostic d’un trouble du sommeil. Le praticien va demander au patient de remplir un tableau qui permettra d’obtenir une vue d’ensemble précise sur son sommeil. Grâce à l’analyse des résultats, des solutions pourront être envisagées dans le but de rétablir naturellement l’équilibre du sommeil du patient.

  • Le Lausanne NoSAS Score

Ce test, à disposition gratuitement en ligne, permet d’écarter le doute sur le risque du patient de souffrir d’apnées du sommeil. Sous la forme d’un questionnaire, le score obtenu précisera de manière fiable s’il est nécessaire de subir des examens cliniques plus poussés.

  • La polysomnographie

Cet examen médical, plus lourd à mettre en place, se déroule lorsque le praticien estime qu’il existe une chance importante que son patient souffre d’apnées du sommeil. L’examen dure une nuit et se déroule en centre spécialisé. Il permet d’enregistrer diverses données pendant le sommeil du patient comme d’éventuels arrêts respiratoires. Une solution pourra ensuite être envisagée si le patient souffre réellement d’apnées du sommeil comme la pose d’un appareillage de type CPAP.

  • Autres examens

Il existe d’autres méthodes moins courantes pour détecter les troubles du sommeil mais qui restent parfois très utiles. On peut citer par exemple l’actimétrie, la polygraphie ventilatoire, ou encore les tests de vigilance en laboratoire et sous contrôle d’un spécialiste.

La polysomnographie : déroulement d’une nuit au centre d’examen CENAS

Afin que l’examen se déroule dans les meilleures conditions, il convient de ne pas changer ses habitudes dans les jours qui précèdent l’examen, ni d’interrompre son traitement si la prescription est toujours effective afin de ne pas fausser les résultats.
Après installation des électrodes par un technicien du sommeil, le patient pourra s’endormir dans les mêmes conditions que chez lui. En effet, les infrastructures d’accueil sont conçues de manière à ce que le patient puisse conserver ses habitudes.
Son sommeil sera analysé par des caméras infrarouges qui permettront au technicien de surveiller en continu les données recueillies (respiration, saturation en oxygène, activités musculaires, activité cardiaque…). Les résultats seront ensuite directement envoyés au médecin traitant ou au spécialiste avec une analyse précise des anomalies non décelables par les examens conventionnels.

En cas de symptômes marqués, il convient d’en discuter avec un médecin. Ce dernier sera à même de prescrire des examens du sommeil en centre spécialisé. Cette étape est primordiale pour permettre, dans certains cas, la prise en charge de toute ou partie des frais par l’assurance.