La lumière électronique peut nuire à notre sommeil

La lumière électronique peut nuire à notre sommeil

Aujourd’hui, notre vie est rythmée par les lumières artificielles et les appareils électroniques. Le soir, smartphones, tablettes ordinateurs, télévision, sont autant de distractions que nous arrivons difficilement à laisser à la porte de nos chambres… Pourtant des études ont montré qu’un excès de lumière électronique le soir et la nuit pouvait influer de manière importante sur notre sommeil.

Lumière et rythme circadien

La lumière joue un rôle majeur dans la régulation de nos rythmes circadiens. Quand la lumière du jour décroit, peu à peu, nous produisons de plus en plus de mélatonine. Cette hormone indique à notre corps qu’il est temps de dormir. A l’inverse, quand la lumière s’intensifie, le matin, notre glande pinéale stoppe sa synthèse de mélatonine et d’autres systèmes prennent le relai pour nous permettre de nous activer. A propos de la mélatonine, nous conseillons la lecture de l’article du Dr Aline Corcelle sur le blog Efficium.

Comment les écrans perturbent-ils nos rythmes ?

En maintenant une source de lumière vive devant notre rétine, les écrans quels qu’ils soient perturbent notre sécrétion de mélatonine. Mais, les scientifiques vont même plus loin. Il semblerait que la véritable coupable soit la lumière bleue. En 2001, des chercheurs en psychologie, Helen Wright et Leon Lack, ont montré sur 15 volontaires, qu’une exposition à des longueurs d’onde très courtes (lumières bleues) entre minuit et 2 heures du matin faisait diminuer de 65 à 81% le taux de mélatonine avec des répercussions encore le lendemain et des retards d’endormissement d’une trentaine de minutes. En parallèle, une exposition à des lumières rouges ne produisait aucun effet sur la sécrétion de mélatonine. Ainsi, ils ont pu constater que la sécrétion de mélatonine est en réalité inhibée par le spectre bleu. Or, dans leur conception même, nos tablettes, smartphones et ordinateurs regorgent de lumière bleue. Notre tendance à l’hyperconnection peut donc nous jouer des tours. En 2013, une équipe de chercheurs du Lighting Research Center ont testé des filtres afin de déterminer s’il était possible de réduire les effets négatifs des écrans le soir. Une partie des participants s’est exposé à la lumière d’une tablette directement, une autre à travers des lunettes orange et une autre à travers des lunettes bleues. Au bout de deux heures d’utilisation, les taux de mélatonine des personnes portant le filtre orange étaient supérieurs à ceux qui n’en portaient pas et nettement supérieurs à ceux qui portaient les lunettes bleues. Ils pouvaient donc plus facilement s’endormir.

Ce qu’il faut retenir

En 2013, des chercheurs coréens et américains ont démontré que la lumière artificielle de la chambre perturbait la structure même du sommeil. Ainsi quand la lumière reste allumée, la phase de sommeil lent léger deviendrait plus longue, au détriment de la phase de sommeil lent profond et les micro-réveils seraient plus fréquents. Notre sommeil deviendrait donc moins réparateur. Toutes ces études, aussi instructives soient-elles, doivent surtout nous aider à prendre conscience de la nécessité d’une bonne hygiène de sommeil. Les ordinateurs, tablettes et smartphones ne devraient pas partager notre lit! Dans l’idéal, il serait bon de les éteindre au moins une heure avant d’aller se coucher. Mais si on ne peut pas ou ne veut pas s’en séparer trop tôt, limiter les dégâts avec des lunettes orange peut être une astuce. Il faut aussi créer une ambiance propice en limitant au maximum les sources lumineuses artificielles dans la chambre : appareils en veille, lampe de chevet allumée, réveils rétro-éclairés.

Par Audrey Charial, nutritionniste et micro-nutritionniste

Photographie fotolia ©jackfrog, recadrée pour les besoins du blog


Comments

  1. […] recherches plus tard, j’ai découvert ce site sur le centre du sommeil.  On peut lire qu’un excès de lumière électronique le soir et la […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *