Comment l’âge influe-t-il sur le sommeil ?

Closeup of happy mature woman and man smiling against sky

Le sommeil évolue avec l’âge : les seniors ont tendance à dormir un peu moins longtemps, et surtout moins bien. Ces changements sont généralement normaux mais peuvent avoir des conséquences sur le développement de troubles cognitifs.

Le sommeil évolue avec l’âge

Le besoin de sommeil décroît avec l’âge. Un nourrisson dort entre 14 et 17 heures, un enfant entre 9 et 11 heures, un adulte entre 7 et 9 heures, et un senior entre 6 et 8 heures. Ce sont des moyennes : les variations dépendent des besoins de chacun.

On distingue 4 évolutions majeures entre les périodes d’enfance et de vieillesse :

  • Le temps de sommeil
  • L’efficacité
  • La durée du sommeil lent profond
  • Les réveils nocturnes

tableau-article-ceans-age

Avec l’âge, c’est la structure même du sommeil qui change. Ainsi, la durée et l’efficacité tendent à décroître, tandis que les réveils nocturnes augmentent.

Le sommeil des seniors : changements du rythme nocturne

L’évolution physiologique agit sur la structure du sommeil. À partir de 50/60 ans, vos 7 heures de repos sont entrecoupées de réveils nocturnes, et le besoin de faire des siestes réapparaît durant la journée.

En cause, une diminution des sommeils lent profond et paradoxal, au profit du sommeil léger, plus fragile. Vous êtes plus sensible aux bruits et peinez à trouver une position confortable, du fait de pathologies liées à l’âge (douleurs articulaires ou musculaires, etc.). Vous avez aussi tendance à vous coucher plus tard et à vous réveiller plus tôt.

Conséquence : durant la vieillesse, il n’est pas rare d’avoir l’impression de dormir mal, ou insuffisamment.

Un mauvais sommeil peut-il favoriser le développement de pathologies ?

Dérèglement du cycle circadien chez les seniors et apparition de démences sont-ils liés ? Le fait est que les troubles cognitifs favorisent les problèmes de sommeil. Et qu’une mauvaise qualité de celui-ci peut, à son tour, contribuer au surgissement de ces pathologies.

Les troubles du sommeil survenant avec l’âge peuvent être liés à d’autres pathologies. Ainsi, une somnolence excessive peut être un signe de dépression ou d’un développement de démence. Et les troubles du comportement nocturnes sont symptomatiques de maladies neurologiques.

Même si ces liens ne sont pas prouvés, il reste qu’un bon sommeil améliore les fonctions cognitives et prévient les risques de démences : bien dormir permet d’éliminer plus efficacement les toxines et d’éloigner la menace d’Alzheimer.

Les perturbations du sommeil sont normales chez les seniors. Toutefois, plus vous avancez en âge, plus il est difficile de faire la différence entre l’évolution naturelle du sommeil et l’apparition de troubles nocturnes plus sérieux. La prudence s’impose donc et si vous avez le moindre doute, consultez votre médecin ou un somnologue. Vous pouvez également évaluer la qualité de votre sommeil.