Apnées du sommeil

PolysomnographieL’apnée du sommeil est une suspension de plus de 10 secondes du flux respiratoire durant le sommeil.

Elle est à différencier de l’hypopnée qui est une réduction et non une interruption du flux respiratoire.

Les types d’apnées du sommeil

Les apnées peuvent être obstructives ou centrales.

  • Les apnées obstructives se caractérisent par une obstruction complète ou partielle des voies aériennes supérieures (nez, bouche, pharynx, larynx) avec une augmentation de l’effort respiratoire pour lever l’obstruction.
  • Les apnées centrales se définissent par une réduction de l’effort respiratoire proportionnelle à la diminution du flux et résultant d’une diminution de la commande respiratoire au niveau du système nerveux central.

Quand parle-t-on de syndrome d’apnée du sommeil ?

Apnées obstructives

On parle de syndrome d’apnée obstructive du sommeil quand le patient présente plus de 10 évènements par heure et que des symptômes comme le ronflement et la somnolence leur sont associés.
Entre 15 et 30 évènements, on parle d’une forme modérée. Au-delà de 30 événements par heure, le syndrome est considéré comme grave.
La sévérité sera d’autant plus importante que le degré de somnolence diurne sera élevé.

Apnées centrales

Si le patient présente plus de 10 évènements par heure à majorité centrale, éventuellement associé à d’autres troubles respiratoires, on parlera de syndrome d’apnée centrale.

Ce syndrome peut être secondaire à un autre trouble et il est donc important de réaliser des examens complémentaires. Ce syndrome est assez rare.

Les facteurs de risque de l’apnée obstructive

Selon une étude parue en 1993 (1), on estime qu’environ 4% des hommes et 2% des femmes souffrent de ce syndrome.

A l’échelle de la Suisse, cela représente près de 161000 hommes et plus de 82000 femmes.

Il existe différents facteurs de risque :

  • âge
  • sexe (plus d’hommes que de femmes)
  • obésité
  • consommation d’alcool

On trouve plus fréquemment ce syndrome chez les personnes :

  • ayant un cou court et épais
  • hypertendues
  • insuffisantes cardiaques
  • diabétiques
  • ayant présenté un AVC

En quoi consiste l’apnée obstructive ?

L’apnée obstructive est le résultat d’un collapsus des parois du pharynx à l’inspiration. Chez un apnéique, le seuil provoquant le collapsus est plus bas.

Trois facteurs peuvent être à l’origine de ce seuil abaissé :

  • rétrécissement des voies aériennes supérieures (pouvant être provoqué ou aggravé par un surpoids)
  • anomalies des tissus

Le passage de l’air à travers le rétrécissement subit des turbulences qui peuvent provoquer des ronflements et des apnées si le collapsus est important.

Quand et comment diagnostiquer l’apnée de sommeil?

En cas de suspicion d’apnée (ronflements, fatigue, somnolence, sommeil non réparateur, hypertension artérielle), il est possible de réaliser une polygraphie ventilatoire ou une polysomnographie en laboratoire du sommeil.

Le diagnostic s’établit en fonction des critères cités précédemment.

Les thérapies

Le traitement de choix dans la majorité des cas de syndrome d’apnée du sommeil est l’appareillage.

Dans le cas des apnées obstructives, on utilise des appareils à Pression Positive Continue ou à Pression Postive Autonome, le plus souvent appelés CPAP pour Continuous Positive Airway Pressure et APAP pour Autonomous Positive Airway Pressure.

Lorsque l’apnée est centrale, la BPAP (Bilevel Positive Airway Pressure) est requise.

Dans certains cas, il est possible de proposer des traitements alternatifs :

  • Orthèse d’avancement mandibulaire
  • Chirurgie d’avancement mandibulaire
  • Traitement positionnel
  • Uvulo-palato-pharyngoplastie (rare actuellement)

Il est dans tous les cas important de corriger les facteurs aggravants notamment une surcharge pondérale et une hygiène de vie inadaptée.
Dans certains cas, la perte de poids permet de supprimer les autres traitements.

Cas particulier : chez l’enfant, la cause d’une apnée obstructive est très souvent d’origine amygdalienne. La suppression de l’amygdale est souvent le traitement de choix.

Dernière mise à jour : 25-11-14

(1) The occurrence of sleep-disordered breathing among middle-aged adults, Young T, Palta M, Dempsey J, Skatrud J, Weber S, Badr S., N Eng J Med 1993;328:1230-5