Troubles du sommeil : l’hypersomnie

Troubles du sommeil : l’hypersomnie

Touchant environ 0,3 % de la population, l’hypersomnie est une maladie neurologique qui se caractérise par une importante somnolence diurne. Elle affecte aussi bien la veille que le sommeil, avec des répercussions sérieuses sur le mode de vie. Quelles sont les causes de ce trouble du sommeil ? Comment le repérer et le traiter ?

L’hypersomnie : un mal qui regroupe plusieurs troubles du sommeil

L’hypersomnie est le nom donné à un ensemble de maladies neurologiques aux symptômes proches :

  • La narcolepsie: il s’agit d’un besoin irrépressible de dormir pendant la journée. Elle peut aussi générer un symptôme de cataplexie (diminution brutale du tonus musculaire en réponse à une émotion positive).
  • L’hypersomnie idiopathique: cette pathologie prend la forme d’une somnolence excessive durant la nuit, avec des siestes fréquentes en journée. Les principaux symptômes se présentent sous la forme d’une fatigue continuelle et de difficultés à se réveiller.
  • L’hypersomnie récurrente : elle se caractérise par des accès de sommeil répétés, ainsi que des troubles du comportement psychologique, alimentaire et sexuel.

L’hypersomnie touche indistinctement les hommes et les femmes et débute la plupart du temps à l’adolescence ou dans les premières années de l’âge adulte.

Quelles sont les causes de ce syndrome ?

Les causes de l’hypersomnie divergent en fonction de la nature de l’affection. On sait aussi que ces troubles du sommeil ont également une ascendance familiale dans environ 25 % des cas.

La narcolepsie-cataplexie aurait pour origine une insuffisance au niveau de la sécrétion d’un neurotransmetteur cérébral, l’hypocrétine, à l’origine du passage de certaines informations nécessaires au moment du sommeil.

Malheureusement, les causes des hypersomnies idiopathiques et récurrentes ne sont pas connues. Des dysfonctionnements relatifs aux processus de sommeil d’éveil sont actuellement étudiés.

Comment évaluer et traiter une hypersomnie ?

Un diagnostic d’exclusion permet de révéler une hypersomnie en éliminant d’autres troubles du sommeil possibles (apnées du sommeil, syndrome des jambes sans repos, etc.). Ce diagnostic doit être réalisé dans un centre de soins compétent. Plusieurs examens sont généralement pratiqués :

  • Un test itératif de latence d’endormissement : réalisé toutes les deux heures, il a pour but de mesurer la rapidité d’apparition du sommeil ainsi que les difficultés éprouvées au réveil.
  • Un test de maintien d’éveil : l’objectif de ce test est de lutter contre l’apparition du sommeil tout en étant installé dans des conditions favorables à l’endormissement.

Les traitements efficaces pour les hypersomnies, outre la prise de médicaments  de type psychostimulants, concernent les thérapies douces comme la nutrition du sommeil ou la thérapie comportementale.

Les conséquences de l’hypersomnie peuvent être très négatives et impacter durablement la qualité de vie du patient qui en souffre. Comme tous les troubles du sommeil, elle doit être repérée et traitée au plus tôt. Pour vous aider à mieux évaluer la qualité de votre sommeil nous vous proposons de calculer votre niveau de somnolence via un test en ligne.